Expression

Vagues/freestyle

Les vagues

Cette discipline existe depuis le début des années 80.  

Lors d’une épreuve de vagues, la performance de deux à quatre compétiteurs par manche est appréciée par des juges. Les funboarders doivent rivaliser de virtuosité, dans un temps imposé et dans un espace de navigation défini. Le programme d’évolution est libre comprenant un ensemble de figures classées en deux catégories – surf et saut – et évaluées selon une échelle tenant compte de la difficulté des figures de saut et de la « radicalité » et longueur des surfs. Les conditions doivent réunir des vagues et un vent de 15 nœuds minimum.

Le matériel utilisé est spécialement adapté à la pratique dans les vagues. Les planches mesurent entre 240 cm et 260, elles ont un volume de 65 à 90 litres.

Les gréements mesurent de 3 m² à 6,5m² environ.

Des épreuves de vagues sont intégrées dans le championnat de France de funboard sur des sites tels que Carro, Oléron, La Torche, Carnac, Crozon, Wimereux ou Siouville. Il y a un titre de champion de France de vagues.

Sur le plan international, une coupe du monde PWA organisée chaque année décerne un titre de champion du monde de vagues. Cette coupe du monde se déroule sur plusieurs étapes.

De plus, un championnat du monde de vagues IFCA décerne un titre sur une épreuve.

Le standard de ces épreuves est un tableau à élimination directe. Les heats durent en règle générale entre 8 et 12 minutes : 2 à 3 minutes de procédure, sous pavillon rouge, et ensuite envoi du vert pour 8 à 12 minutes de heat. De trois à cinq juges évaluent la prestation des compétiteurs.

Le freestyle

 

Héritière du freestyle des années 80 (démonstration aux Jeux de Los Angeles), cette discipline a été relancée à la fin des années 90. L’engin n’est plus une planche à dérive, mais un flotteur court sans dérive.

Deux compétiteurs par manche concourent pendant un temps défini et dans un espace limité devant des juges évaluant les figures réalisées. Elles témoignent de l’habileté des compétiteurs à conduire, manœuvrer son engin sous des formes acrobatiques. Les épreuves se déroulent dans la mesure du possible sur mer plate à partir de 15 nœuds de vent.

Les coureurs utilisent des planches de funboard spécialement conçues pour pouvoir effectuer des manœuvres en marche avant et arrière. Certains voiliers ont développé des voiles adaptées avec notamment des bordures hautes facilitant les passages sous la voile.

Au niveau national, il n’y a plus d’épreuves comptant pour un championnat de France de freestyle comme c’était le cas il y a quelques années.

Au niveau international, une coupe du monde PWA, organisée chaque année décerne un titre de champion du monde de freestyle. Cette coupe du monde se déroule sur plusieurs étapes. Un circuit européen, l’European Freestyle Pro Tour sur plusieurs étapes décerne un titre de champion d’Europe.

De plus, un championnat du monde de freestyle IFCA décerne un titre sur une épreuve.

(c) Singer
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s