Pourquoi faut-il faire vriller sa voile?


Alex CousinLorsque tu grées ton matos tu penses à ton pote pro de ton spot qui t’avait dit, « fait dégueuler ta voile », alors tu as tiré comme une mule au point d’amure sans te poser de question ou sans oser poser de question parce que le produspot, il a forcément raison. D’autant qu’il est sympa, il est venu vérifier himself que tu avais bien mulé. Le gars il prend ta voile, la soulève par le bout du mât et là, sa tête change, tu sens qu’il est passé en mode ultra concentré, qu’il analyse, ça y est, il est entré en communication avec ta voile, se penche, vise, reviens au point d’écoute, re-vise… tu l’observes, impressionné ! Alors il repose ta voile, tu attends… le moment est intense, il se tourne vers toi et le verdict tombe : « tu devrais reprendre de 1 cm ¾ ». Tu es scotché par la précision ! Alors tu t’exécutes sans rien dire mais c’est plus la même, le bout ne bouge pas d’un iota même en frôlant la perte de viscères ! Tu sens une main sur ton épaule et tu entends un  « Laisse » net qui témoigne que tu es un mec chanceux aujourd’hui, Produspot dans une extrême générosité te gratifie une fois de plus de son aide précieuse. Alors il s’installe à ta place comme s’il se glissait dans le baquet d’une formule 1. Et là sans le moindre signe d’effort, il tire sur ce maudit bout et avale 2 cm écrasant les poulies l’une contre l’autre. Ensuite il relâche d’¼… et bloque au taquet. Il se redresse en lâchant « le bout se croise, faudra faire gaffe la prochaine fois », et il s’éloigne quasi en lévitation te laissant seul avec ta voile. Le « produspot » a des vérins hydroliques dans les bras !

Les semaines passent, tu as réussi, après avoir pris une demi-heure sur ton temps de nav, à trouver comment éviter que le bout se croise à l’amure, mais comme tu as pas noté et que tu navigues pas  tous les jours comme le produspot, tu recommences à chaque fois 10 fois avant de retrouver la solution. Mais bon, comme tu es du genre à écouter les aînés, tu te dis «  il m’a dit faut pas que ça se croise alors ça se croisera pas ». Par contre, sur l’histoire de la voile qui « dégueule » même si tu refais exactement le même réglage, ça te questionne quand même. Comme maintenant ça fait plusieurs mois que tu es sur le spot, tu commences à avoir le droit de parler avec Produspot et tu profites d’un jour où il n’est pas entouré de sa cour ou qu’il n’est pas seul en méditation pour te rapprocher. Oui Produspot entre en communion avec le spot plusieurs fois dans la journée, il faut respecter. Alors tu oses la question en t’excusant quand même de la poser,

  • « Y’a du vent aujourd’hui… euh et sinon pourquoi la voile doit être ouverte en haut ? 
  • Alors c’est simple mon gars, c’est pour qu’elle dégueule…
  • Ahhh ok.» Tu n’oublies pas de le remercier pour cette réponse simple et précise et tu t’en vas retrouver ta voile vomissante du haut. Et tu te fais une nouvelle session.

Mais bon, tu te retrouves au bureau et ça t’intrigue encore, tu n’oses pas trop te l’avouer mais la réponse du pro ne te satisfait pas. Alors tu es bien décidé à mener ton enquête. Tu tapes sur Google « voile qui dégueule », une fois passé les images des mariées qui vomissent, tu tombes sur des forums spécialisés en funboard. Tu es impressionné et heureux de voir que tu n’es pas seul ! Il existe des pratiquants de partout ! Et en plus qui se posent plein de questions comme toi !  Et un tas de produspots qui leur répond !! C’est fantastique, et en deux deux tu as ton identifiant et ton mot de passe, ça y est tu fais partie de la grande famille du windsurf ! Tu te lances, tu écris ton premier post :

  • « Bonjour, je voudrais savoir pourquoi la voile doit « dégueuler »?

Alors tu te replonges dans ton taf, mais pas longtemps, la notification tombe dans ta boite mail. Génial ! Je vais avoir enfin des réponses tu te dis. « Josianne, que l’on ne me dérange pas » lances-tu l’air grave à ta secrétaire en fermant la porte de ton bureau. Tu cliques sur le précieux lien qui te conduira à la connaissance. Et tu lis la réponse :

  • « Bonjour ! Avant de poser des questions, commence par te présenter.» signé de Sa Majesté l’Amiral en chef des armées, 45837 posts et une liste de matos aussi longue que les décorations de Pinochet le jour de la fête nationale.

Oh merde, j’ai fait une connerie ! J’espère que ma bourde ne va pas me radier de la grande famille du windsurf. Tu flippes ! Alors en bon élève tu reprends tout et, comme te l’a demandé l’Amiral, tu vas dans la rubrique présentation, tu te présentes et tu indiques fièrement le matos que tu utilises : AHD GT 69 de 2004, Gunsails Booster 7 m. Tu cliques sur valider, tu es fier d’être un « bleu bite » et de voir sous ton grade la liste de ton matos. Tu ré-ouvres la porte de ton bureau. Mais à peine le temps de dire ouf, les notifications de réponses s’enchaînent…c’est magique, c’est fou, il fallait juste se présenter, ben oui c’est normal je suis con ! Là tu te dis, je vais avoir du boulot pour lire et comprendre toutes ces informations qui tombent. Tant pis pour le dossier Duchmol, « Josiane, que l’on ne me dérange pas ! »

Première réponse :

  • « Bienvenue à toi ! Dis-moi… ton matos tu l’as trouvé à la brocante ? 😉 😉 😉 »

Ben il est bien mon matos tu te dis… la famille du windsurf a de l’humour. Deuxième réponse :

  • « Ton arrière-grand-père naviguait avec dans les tranchées ? »

Troisième réponse :

  • « Et ton wish, c’est un Seabright ? » là tu ne comprends pas la blague mais bon… (ah ! toi non plus lecteur ? alors demande à ton père windsurfer si tu as 30 ans et à ton grand-père windsurfer si tu en as 15)

Après une dizaine de réponses hilarantes qui t’enfoncent dans ton fauteuil, tu reçois une nouvelle notification. Et là, c’est le général en chef des armées prussiennes, 35867 posts, liste de matos longue comme l’inventaire de Windsurf Leucate. Tu découvres la réponse du sage, de l’homme d’expérience, sûrement l’un des chefs des produspots :

  • « Eh laissez le nouveau tranquille ! N’écoute pas ces jeunes windsurfers fougueux, ils sont taquins mais pas méchants… Alors pour répondre à ta question (enfin ! tu te dis…) pourquoi une voile doit dégueuler ? Ben c’est simple c’est pour qu’elle ouvre en haut. Et plus tu vas tirer sur le point d’amure, plus elle va ouvrir en haut. Et je rajouterai même pour être précis, moins tu tires en bas, moins elle l’ouvre. »

Là tu te redresses dans ton siège. Tu es heureux d’avoir obtenu une réponse à ta question, et tu comprends à sa réponse pourquoi il est un des chef des produspots. Ton instinct te dit qu’il faut en savoir plus, qu’il ne te dit pas tout. Alors, en t’excusant au fond de toi auprès de ton fils de 8 ans qui te saoule à vouloir toujours en savoir plus sur comment on fait les bébés, tu décides de te lancer dans le débat de la connaissance de la voile qui vrille :

  • « Merci mon Général pour cette réponse précise. Mais n’y a-t-il pas des principes aéro qui sous-tendent le dégueulis de la voile ?
  • Oui bien sûr bleu bite, c’est pour laisser échapper les filets d’air» te répond-il du haut de sa magnificence.

Alors comme tu es un bleu bite, tu es naif et comme tu es naif tu poses des questions naïves :

  • « Merci de votre réponse, grand maître. Mais les filets d’air il y en a en bas de la voile aussi, et pourtant la voile ne dégueule pas en bas ? »

Attention, tu deviens insolent !!

  • « Ben non elle dégueule pas en bas, sinon tu aurais du vomis plein les pieds !! ahahahaha» réponse d’un jeune windsurfeur fougueux mais pas méchant…
  • « HAHAHA (rire du Général), arrête un peu FRA 4810, c’est sérieux comme question ! Bon bleu bite, même si je te trouve un peu insolent, je vais te répondre, mais qu’une fois alors ouvre bien tes oreilles : le constructeur a fait des marques sur ta voile et tu étarques au point d’amure à la première marque si le vent est light, à la deuxième pour du médium et à la troisième si il y a cartouche. Les marques sont en haut de la voile et pas en bas. Allez file !
  • Merci mon Général, désolé de vous avoir dérangé et d’avoir sûrement interrompu l’une de vos nombreuses et radicales sessions à Moisson Lavacourt.

Bon ça ne nous dit toujours pas pourquoi il faut faire vriller cette voile ! Alors je vais tenter de t’aiguiller aussi si tu veux bien… mais si tu es sur mon blog et que tu lis cet article, je pars du principe que tu veux bien.

Alors le principe c’est que la voile est soumise à l’écoulement d’un fluide, le vent. Ce vent est nommé vent Apparent, c’est la composante vectorielle du vent Vitesse, généré par ton avancement, et le vent Réel qui, comme son nom l’indique, est le vent réel qui souffle quand tu es à l’arrêt en train d’écouter sur la plage le produspot te raconter sa dernière session où il a risqué sa vie en tentant un triple backloop tweacké.

Si la voile doit « dégueuler » en haut ce n’est pas lié à la soirée de la veille mais c’est qu’il existe une différence de force entre le vent Réel du haut et celui du bas de la voile. Le vent Réel du bas de la voile est soumis au frottement de la mer, il est donc moins fort que son collègue du haut. Ça se traduit par une différence angulaire des vents Apparents du haut et du bas, donc l’obligation d’un réglage d’angle de voile différent entre le haut et le bas. Comme un schéma vaut mieux qu’un long discours comme disait l’autre :

Différence Vent apparent haut et bas voile
Différence Vent apparent haut et bas voile (c)patrickmorin.com

Le Vent Vitesse reste le même en haut et en bas puisque comme tu l’auras déjà remarqué, ta voile en bas va aussi vite qu’en haut… Le fait que le Vent Réel soit plus fort en haut provoque un vent Apparent plus à droite (quand tu es tribord amure comme Alex Cousin sur la photo). Le réglage optimal est donc celui qui permet alors un écoulement laminaire dans le bas et dans le haut de la voile. Nécessité que la voile ait cette forme vrillée pour pouvoir s’adapter à cette variation d’orientation du Vent Apparent.

Les filets d’air « s’échappent » comme tu l’auras compris aussi bien en haut et en bas de la voile…

Par ailleurs, lorsque tu navigues en surpuissance, c’est-à-dire que tu te fais arracher, tu peux libérer de la puissance en haut de ta voile en étarquant davantage au point d’amure. Cela aura pour effet d’accentuer le vrillage, la voile dégueule beaucoup (beurk !), et provoque une rupture d’écoulement laminaire : c’est comme si le haut de ta voile était choqué…

Alors maintenant à toi de jouer ! Par contre achète une manivelle pour étarquer ta voile. Regarde le haut de ta voile lorsque tu navigues et regarde s’il se place bien. Si ce n’est pas le cas, tu reviens à terre et tu ajustes.

Si tu as aimé cet article et que tu es quelqu’un qui partage parce que tu fais partie de la grande famille du windsurf, n’hésite pas à le partager à tes potes… par contre pour le produspot je te laisse juge…

Publicités

19 réflexions au sujet de « Pourquoi faut-il faire vriller sa voile? »

  1. Merci pour ces clarifications « grand guru » des spots. J’adore le style et l’ironie de l’introduction. 🙂 Peut être serait-il intéressant de dire que ceci est valable principalement pour les voiles de slalom de compétition à cambers, pas vraiment pour d’autres voiles et pourquoi? Pourquoi n’est çe pas vrai avec les voiles de raceboard par exemple? Perso, je ne suis pas pro du spot, et ayant navigé depuis 1988 avec des voiles à chute tendue mais aussi des cutaway UPsails, nous allions « presque » aussi vite, mais en effet avec une plage de vent plus restreinte…mais des voiles plus petites pour le même vent. Alors pourquoi ce raisonnement est-il pertinent sur les voiles de course moderne en slalom et pas en raceboard ou en freeride? Merci d’avance.
    Par ailleurs, bravo pour votre contribution à nos champions!

    1. Merci pour ton commentaire. Le principe est aussi valable sur les autres voiles, en vague, freeride, raceboard puisque c’est un principe aérologique lié au frottement du vent sur l’eau et l’adaptation de la voile à la différence de vent réel. Les cutaway développés par up sails étaient justement prévus pour satisfaire ce vrillage de la chute. L’apparition des voiles à corne a permis de faire vriller sa chute ce que l’on ne pouvait pas faire ou faire plus difficilement avec les voiles triangulaires. En raceboard, comme dans le petit temps en slalom, la chute est davantage « fermée », alors que lorsque le vent forci, on cherche à ouvrir davantage. Un contre exemple est pour la speed ou la navigation dans le vent fort avec du petit matos de slalom, genre à Gruissan ou Leucate, lorsque la vitesse peut devenir très élevée, là les riders vont chercher à ne pas trop ouvrir leur chute pour pouvoir continuer à accélérer, le vent apparent étant sur l’avant du fait d’un vent vitesse très élevé!

  2. euh, c quoi bien place pour le haute de la voile? « Regarde le haut de ta voile lorsque tu navigues et regarde s’il se place bien » ??

    1. Salut Fabrice, merci pour ton commentaire. Que ta voile continue à travailler dans les hauts, qu’elle ne se trimballe pas dans tous les sens… mais que ta chute même en étant ouverte se cale bien, que tu aies le sentiment que les filets d’air s’écoulent bien des deux côtés. En windsurf nous n’avons pas comme en bateau des « penons » pour vérifier le bon écoulement…

  3. Sujet intéressant mais partiellement couvert de mon point de vue.

    Il faut expliquer cette histoire de rotation du vent qui est à l’origine du besoin de vrillage: vent géostrophique, couche limite planétaire (couche d’Ekman + couche de surface + sous couche rugueuse), force de coriolis, hautes et basses pressions, donner quelques ordres de grandeurs, etc.
    Il y a de la littérature sur le sujet.

    Dans le cas de la sur-puissance, le principe n’est à mon avis pas de perdre l’écoulement laminaire mais de changer d’angle d’incidence.
    Un angle d’incidence réduit diminue la portance, et donc la trainée.

    On cherche plutôt à limiter cette perte d’écoulement laminaire qui se traduirait par un écoulement tourbillonant, amplifié par le fait que la voile est un profil souple, car il créé de la perte d’énergie. Cela se traduit par plus de trainée et donc une vitesse plus réduite. On voit spécialement cela en habitable où celui qui réussi à réduire sa puisssance, à vriller davantage sans faire battre sa GV aura une vitesse plus importante.

    1. Salut Antoine,
      Merci pour ce complément d’infos. L’article précise en effet seulement le principe de la « rotation » du vent, il ne se veut pas une thèse en la matière… Dans le monde du funboard, il y a souvent comme tu as peut-être pu le sentir au travers mon article, des idées fausses sur ce sujet. Ensuite, il y a le principe et la réalité des engins (vitesse, hauteur de mât, forme et qualité de voile, réglages et possibilité de vrillage…) et du niveau des pratiquants qui fait que l’on veuille ou non libérer de l’énergie

  4. Bravo Stéphane pour cet article qui devrait été la base de tous les windsurfeurs.
    Depuis les manches d’hawaï ou bjorn avait survolé les autres avec ses protos de mkII à chutes libres j’avais intégré que ça marchait mieux (il y a 25ans) mais je ne m’étais jamais demandé vraiment pourquoi 🙂 ce soir je couche moins con merci 🙂

    Ps: on pourrait aussi rajouter que le windsurf est un enfin très secoué par les vagues et que le haut du mat/voile subit de fort cisaillement » une chute souple suit mieux ces variations.

    1. Merci Vincent pour ton commentaire! c’est sympa! Oui les mouvements en latéral du mât dus aux variations de vent en force et au clapot rajoutent la nécessité d’avoir une chute souple pour compenser la déformation du mât. Bon nav!

  5. Super article,
    Déjà ca m’a bcp fait rire (me reconnaissant dans bleu blite 🙂 ) et en plus ca répond à mes questions,
    merci beaucoup 🙂

  6. Vriller la voile ok, et que se passe-t-il d’autre lorsque l’on étarque l’amure d’une voile? Elle s’aplatit ! la corde se réduit et donc la trainée,à mon avis, c’est le principal effet recherché par rapport au plan d’eau (plat:peu de puissance necessitée pour aller vite donc voile plate:capot:puissance requise donc voile plus creuse),l’ouverture de chute par rapport au vent: vent régulier:chute « tendue » vent irregulier chute ouverte pour évacuer la surpuissance lors des rafales.
    Sinon,une autre solution que d’attendre que Superproduspot soit dispo,il y a de très bons moniteur dans les écoles de voiles qui sauront répondre à ces questions et répondront à des questions que peut-être vous ne vous seriez pas encore posées.
    Good Ride everybody!

    1. Merci Marius pour le commentaire! La couche limite existe aussi pour le vent régulier, donc le vrillage doit être recherché pour compenser les différences de vitesse de vent. Par contre, comme effectivement tous les moniteurs dans les écoles de voile l’expliqueront, plus le vent est faible, plus les différences de vitesse de vent dans la couche limite sont faibles, cela rejoint les propriétés d’un fluide visqueux qui s’écoule sur un plan. Alors dans le vent faible les chutes peuvent se tendre. Dans le vent fort, les différences sont importantes… sans compter qu’il faut aussi affiner le profil du fait des fortes accélérations qui provoquent un refus du vent apparent.
      Oui allez dans les écoles de voile!!

  7. merci pour l’article! Désolé de ne pas être du monde des windsurfer , juste celui des voileux, mais ça m’a bien aidé dans ma quête de la compréhension des différents vents et des réglages adaptés. Si j’ai bien compris, quand vous étarquez en windsurf vous pliez votre mât c’est bien ça? Un peu comme en blindant le hâle-bas en voile plus ou moins légère?
    Peut-être une dernière question, s’il y a plus de vent en tête de mât pourquoi cela change l’angle du vent apparent? à cause de la direction du mât (incliné vers l’arrière?). Si oui, que se passerait-il si on gardait un angle de mât qui n’influerait pas l’angle du vent apparent? ça joue sur le cap? (Je sens que je dis n’imp). Bref.
    Bonne continuation en tout cas!

    1. Merci pour ton commentaire Arthur! c’est pas grave de pas être du monde des windsurfers! Oui quand on étarque, ça a le même effet que le hale-bas… ça a un effet sur la chute de la voile.
      Plus de vent réel cela change l’angle du vent apparent parce que le VA est la somme vectorielle du VRéel et du VVitesse… Si VR augmente alors le VA adonne en haut de voile puisque le VV ne change pas…
      Fais des petits schémas de vecteurs, ça va t’aider…
      Bonne continuation et merci de me lire!! Hésite pas à partager l’article!!
      Stéphane

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s