Pourquoi faut-il rester bordé à l’attaque du jibe


Jibe Alex CousinLorsque nous regardons un funboarder confirmé faire un magnifique jibe sans quasiment perdre de vitesse, nous pouvons remarquer qu’il rentre à pleine vitesse dans la courbe. Et lors de l’abattée, il conserve sa voile bordée en se penchant vers l’intérieur du virage pour une prise de carre intérieure. Pourtant si tu te rappelles tes cours de voile au club municipal lors de tes passionnantes séances de voile scolaire en Optimist, tu te souviens du moniteur qui de son zod te disait : « choques si tu veux abattre ! ». Et là, tu ne rêves pas, tu vois que le gars abat full speed sans prendre la peine de choquer ! N’est-il pas allé en voile scolaire ? Le funboarder est-il une race rebelle qui ne veut pas appliquer les méthodes enseignées en club ?

Tes questions sont bonnes, jeune padawan et je vais tenter d’y répondre… effectivement tu ne rêves pas, il ne choque pas et ça abat quand même ! Par contre à la question, est-il allé en voile scolaire, là je ne saurai pas te répondre, je ne le connaissais pas encore, mais ça se peut. Pour le côté rebelle, tu as peut-être raison mais sous ses airs de rebelle, il y a une réalité aérodynamique qui explique qu’un mec aux cheveux blonds s’oppose à la théorie du « choquetavoilesituveuxabattre ».

Il faut d’abord refaire un petit point sur la réalité du vent que reçoit ton engin lorsque tu es calé dans les straps au harnais et que tu déboules. Une planche de funboard est dans la catégorie des engins rapides qui, grâce à la forme de leur carène et leur légèreté permet de naviguer au planing et d’aller plus vite que le vent.

Le vent Vitesse – Réel – Apparent :

Avant toute chose, je vais te demander un petit effort de mémoire : quand tu étais môme et que tu faisais encore du vélo, tu te rappelles que ta vitesse générait du vent que tu ressentais de face sur ton visage. Et plus tu allais vite, plus le vent était fort, tu t’en souviens ? Inversement quand tu t’arrêtais, le vent stoppait ! Voilà eh ben ce phénomène, on le nomme le « vent vitesse ».

Si quand tu t’arrêtais, il y avait encore du vent, c’est que soit tu t’étais arrêté à côté de ta sœur qui se faisait un brushing, soit que ce jour-là il y avait du vent. Il s’agit là du « vent réel » qui est généré par des phénomènes météo que tu étais trop petit pour comprendre. Alors tu demandais à ton père pourquoi il y a du vent et il te répondait « ben c’est comme ça, y’a des jours où y’a du vent et d’autres pas. » Et satisfait de sa réponse, ton père se replongeait dans sa lecture s’il savait lire ou dans son sudoku s’il ne savait pas. Tu avais quand même le sentiment qu’il y avait quelque chose qui cloche dans sa réponse mais comme c’est ton père et que c’est un héros tu ne voulais pas l’embêter avec des futilités.

Bref, tu sentais ce « vent réel », venant de côté par exemple, et tu ré-enfourchais ton vélo pour aller voir le brushing de ta sœur. Au fur et à mesure que tu pédalais et prenais de la vitesse, le vent que tu sentais de côté au départ, tu le sentais de ¾ face et si tu accélérais plus fort encore, tu avais même le sentiment de l’avoir presque de face, comme si le vent vitesse l’emportait sur le vent réel pourtant les deux vent existaient toujours. Et tu avais raison, ton ressenti est la composante du vent réel et du vent vitesse que l’on nomme le « vent apparent » ! Et plus le vent vitesse augmente plus le vent apparent vient de face.

Aujourd’hui tu as grandi et tu fais du windsurf. Et bien c’est la même chose ! Sauf que tu ne pédales pas et que tu as le sourire sur ton nouvel engin parce que tu n’as pas à te cogner la côte pour revenir chez toi. En plus tu as le sourire parce que tu es content d’avoir choisi la planche plutôt que le 470…

Quand tu navigues, le fluide qui participe au déplacement de ton dit engin, c’est la composante du vent réel et du vent vitesse, donc le vent apparent. Oui effectivement quand tu démarres le vent apparent est égal au vent réel, c’est bien Pierro tu suis ! Comme un schéma vaut mieux qu’un long discours :

Vent Apparent
Vent Apparent

Je vais te demander encore un petit effort de mémoire. Rappelle-toi quand ton prof de math en 3è, (je sais ça fait pas rêver), te saouler avec les vecteurs et que tu te disais, « mais à quoi ça va me servir dans la vie !!! » et qu’il te demandait en plus d’additionner des flèches avec des flèches. Ça y est tu as fait un bond en arrière ? ok. Bon d’abord tu vas commencer par demander pardon à ton prof de math parce que quand il te parlait de sommes vectorielles eh ben il te préparait à mieux naviguer en funboard ! là ça te scotche, mais je suis un peu d’accord avec toi, il aurait dû te le dire quand il faisait le cours, tu aurais été un peu plus attentif !

Donc comme tu le vois sur la figure 1, le vent apparent est la somme vectorielle du vent vitesse et du vent réel. Pour être dans un écoulement optimal pour notre objectif, aller vite, l’angle entre le vent apparent et la voile doit être compris entre 15 et 22° pour que l’écoulement soit laminaire, c’est-à-dire homogène sur l’extrado et l’intrado de la voile.

Alors maintenant pourquoi faut-il rester border lorsque tu attaques pleine balle ton jibe ? Justement parce que tu es pleine balle ! Explication : Le vent réel ne bouge pas. Par contre comme tu modifies ta trajectoire, le vent vitesse évolue donc en direction sans modification de vitesse voire même avec de l’accélération donc il y a aussi une évolution du vent apparent.

Evolution vent apparent Jibe
Évolution vent apparent Jibe

Comme le montre la figure 2 lors de la phase 1, Alex Cousin est déjà bien abattu et pourtant reste bien bordé du fait de la conservation d’une vitesse importante qui laisse un vent apparent encore très orienté vers l’avant. Il reste donc bien bordé pour conserver un écoulement laminaire. Son gréement est vers l’intérieur pour permettre un basculement du centre de gravité pour la prise de carre intérieure. L’erreur fréquente est de choquer à ce moment, il en résulte une perte d’écoulement laminaire, donc une grande diminution de la vitesse néfaste au maintien prolongé du planing pendant la manœuvre. Le vent apparent passe en arrière du planchiste en se rapprochant du vent réel, la propulsion est alors dite « en poussée » et ne favorise pas la vitesse. En funboard cette configuration est instable et difficilement contrôlable du fait du manque de stabilité de la planche.  C’est le phénomène que l’on retrouve en phase 2 avec Pierre Mortefon mais qui est normal dans sa position vent arrière voire déjà fausse panne. Comme sa vitesse a largement diminué, le vent apparent se rapproche du vent réel, il est en poussée et s’il était resté bordé, sa voile aurait décroché. C’est le moment où il va faire son changement de pieds.

Voilà j’espère que tu as tout compris, si tu n’as pas compris, relis l’article. Si tu n’as toujours pas compris, ne demande pas à ton père mais tu peux poser ta question dans un commentaire ci-dessous.

Ah au fait ! Le moniteur dans l’école de voile n’avait pas tord. Comme tu étais en Optimist sur un engin lent et à dérive, la vitesse n’est pas alors assez importante pour conserver un vent apparent vers l’avant de l’engin,  donc il évolue rapidement vers l’arrière. Choquer permet à la fois de suivre l’évolution du vent apparent vers l’arrière jusqu’à se retrouver en mode « poussée » mais aussi et surtout, de placer le bateau à la contre-gîte et ainsi créer un couple de rotation entre la force hydro et aéro permettant d’abattre.

Maintenant à toi de jouer ! Bien attaquer son jibe avec de la vitesse et en restant bordé lors de l’abattée pour rester en écoulement laminaire. Dès que la vitesse diminue, généralement à l’approche du vent arrière, se redresser et ouvrir son gréement parce que le mode d’écoulement à changer. C’est le moment approprié pour un changement de pieds en slalom avant le changement d’amure…

Si tu as aimé l’article, ne le garde pas pour toi, je sais c’est tentant pour mettre la pâtée à tes potes aux jibes lors de ta prochaine session. Mais bon comme je sais que tu as l’esprit team, n’hésite pas à le partager…

Quelques images de jibes lors d’un entraînement :

Publicités

7 réflexions au sujet de « Pourquoi faut-il rester bordé à l’attaque du jibe »

  1. je me permets quelques questions en passant, apres lecture.

    donc rester border permet de converser un peu de vitesse, par contre existe il une strategie particuliere pour eviter le pied ar parasite (tendance a planter l’ar de la planche, qui fait perdre le benefice de la vitesse, cherement conservee) au moment du changement d’appuis?
    de meme passer du clapot serre en ayant les jambes souples a vite fait de trouver ses limites (rodeo en gros), est ce envisagable de tenter des courbes etroites, pour fendre le clapot?
    je ne sais si j’obtiendrais une reponse, mais merci si vous etes parvenu ici 🙂

    1. Bonjour,
      Merci pour ton commentaire. Oui rester border permet de rester en écoulement laminaire donc conserver de la vitesse. Pour ne pas « planter » il faut conserver des appuis sur les deux pieds, l’arrière qui permet la prise de carre, et l’avant qui permet de garder le flotteur à plat longitudinalement. Lors du changement d’appui, le pied qui devient avant se positionne en avant des straps dans l’axe longitudinal, le flotteur se retrouve à plat pour conserver de l’inertie et glisser pendant le changement d’amure. Ensuite, et uniquement ensuite ça lofe.
      Pour le clapot serré, plus on a les jambes souples plus on perd le contrôle. donc cela demande encore plus de pression sur son carre pour comme tu dis fendre le clapot. Pour avoir plus d’appui sur son carre il faut avoir plus de pression sur sa main arrière lors de la prise de carre, donc de la vitesse à l’entrée et rester border main arrière reculée! Tu peux regarder la vidéo tuto sur ma chaîne youtube « Bien jiber en slalom » et aussi d’autres vidéos d’entraînement jibes et même t’abonner à ma chaîne 😉 merci d’avance!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s