Analyse traces et cardio sur course Défi Wind de Nicolas Warembourg


Suunto Ambit 2SLors du Défi Wind 2014, et grâce au partenariat avec MSE Médical et Suunto, nous avons effectué des relevés GPS et cardio de l’ensemble des manches de Nicolas Warembourg 2è de l’épreuve. Le Défi Wind est une épreuve de longue distance à Gruissan, en général dans des conditions de vent fort, la Tramontane accélère grâce à un effet venturi (resserrement des filets d’air) entre des reliefs « au vent » de la zone de course. Cet article présente le recueil des données et l’analyse de la course n°4 qui fut la plus forte en vent (45/50 noeuds) et  remportée par Nicolas.

1ère phase : La procédure de départ et le lancement

Lancement des relevés lors du top procédure, donc 1h avant le top départ.

Traces Nico Warembourg
Traces Départ et arrivée Nico Warembourg

18 minutes sur la plage à observer, discuter avec le coach pour faire le meilleur choix de matériel et réfléchir à la stratégie de départ. La fc a une moyenne de 108 bpm et on note une augmentation progressive sous l’effet du stress avec un pic à 144 bpm (transport du matériel pour premier test).

Phase 1, sur la plage
Sur la plage

1er test sur l’eau : pendant un peu moins de 7 minutes. Un aller et retour sur le début de parcours qui permet de tester le matériel choisi en l’occurrence, Loftsails 4,9 m² et Patrick slalom 87 litres avec 27 d’aileron. Matériel validé! Ce test est important car il confirme aussi l’orientation du vent, élément essentiel déterminant la position sur la ligne et la stratégie de course en terme de trajectoires sur le parcours.

Phase test sur l'eau et 2è attente sur plage
Phase test sur l’eau et 2è attente sur plage

2è phase d’attente sur la plage de plus d’un quart d’heure: discussion à partir des infos collectées pendant le test sur l’eau. On note un pic de vitesse et une augmentation de la Fc: Nicolas a fait un sprint à son camion pour aller chercher tournevis et aileron. Pendant cette phase sur la plage la Fc est globalement plus élevée que lors de la première phase, le stress monte… Cette montée de stress est utile car elle permet véritablement de se centrer sur la course et d’être particulièrement « ouvert » aux éléments de contexte. Le coach doit aider le coureur à éviter que le stress pousse le coureur à se centrer sur l’enjeu en l’amenant à visualiser ce qu’il doit faire (protocole de circulation sur la ligne, timing de lancement, visualisation d’approche de ligne…), en le mettant en confiance sur la validation de ces choix et en rappelant quelques éléments tactiques ou techniques fondamentaux liés à la spécificité de cette course.

3è phase, placement pour le lancement: Nicolas quitte la plage à 42 minutes pour aller se placer sur la zone de départ. Il effectue 6 bords pour descendre jusqu’en bas de la ligne (bouée) et ensuite tire un bord au travers de 1 minute 30 à vitesse modérée. Jibe à 57’12 » et retour vers la ligne à faible vitesse (Fc 125 bpm environ). Accélération à 59’52 » pour passage derrière le bateau lièvre. La Fc monte rapidement avec l’augmentation de vitesse (160 bpm).

La course: Notons que Nicolas au moment du lancement de la course a déjà parcouru plus de 13 km pendant la phase de procédure (test sur l’eau et descente pour se positionner). Cette donnée est importante pour l’entraînement à l’épreuve: certes, cette distance supplémentaire à la course ne se fait pas à un niveau élevé de charge (à part lors de la phase de test) mais, dans ces conditions de vent fort, elle a néanmoins un impact énergétique…

La course
La course
Données pendant la course
Données pendant la course

35 km de course en 44 minutes. Une moyenne de 172 bpm avec un pic à 184 bpm lors du jibe bouée 2. Une vitesse moyenne de 47,6 km/h (25,7 nds) et des pointes à 58 km/h (31,3 nds). la Vmax 58,4 km/h (31,53 nds) au retour 1er tour juste avant l’Ayrolle. Les vitesses les plus élevées se situent d’ailleurs juste avant et après le passage de l’Ayrolle. Le vent est plus fort à cet endroit et le plan d’eau est particulièrement plat du fait d’une trajectoire très proche de la plage.

Traces Nico Warembourg Défi Wind 2014
Traces Nico Warembourg Défi Wind 2014

En terme de trajectoire: Un premier bord assez bas. Nicolas sur une première partie de bord juste après le départ est plutôt dans une conduite légèrement lofée pendant une bonne minute 30 de course. A la fois pour se positionner par rapport au parcours et se dégager d’adversaires sous son vent. Ensuite il choisit une trajectoire un peu plus abattue jusqu’à l’Ayrolle où sa trajectoire s’oriente vers la bouée, la vitesse augmente du fait d’un plan d’eau de plus en plus plat et du vent se renforçant dans cette zone de course.

Son premier jibe, bouée 1, est très efficace, sa vitesse tombe seulement à 37 km/h (20 nds)! Même si les jibes sont peu nombreux (3) par rapport à la distance à effectuer, ils sont un élément de performance déterminant car ils offrent une possibilité de dépassement important et de gain de distance par rapport à l’adversaire.

Nicolas sur le second bord cherche tout de suite le bord de plage pour à la fois y trouver un plan d’eau plat et du vent frais en croisant au vent des 990 autres concurrents…

Passage de l’Ayrolle en abattant pour éviter le piège des algues et bancs de sable et tout de suite retour bord de plage. L’abattée vers la bouée 2 se fait juste avant l’entrée d’eau. Un jibe 2 moins efficace avec une vitesse qui tombe à 29 km/h (15,6 nds): vent moins fort et zone de dévente importante sous le bateau. A ce moment de la course Nicolas est en tête avec une centaine de mètres d’avance sur le second. Même si le jibe est moins efficace qu’à la bouée 1, il lui a quand même permis d’accroître son avance par rapport à ses adversaires qui sont restés plus longtemps « collés » sous le vent du bateau…

Son 3è bord, il traverse la flotte en retour de Port La Nouvelle en restant positionné assez haut. Le retour (4è bord) est sur le modèle du 2è, bord de plage. Il reste haut en passant au vent du bateau bouée 2 non loin de la digue pour éviter de se faire piéger par une molle ou un refus avant la ligne. il abat ensuite franchement pour rejoindre les bateaux « arrivée » et remporter la course!!

A retenir à partir des données de cette course:

  • Importance du test matériel avant la course pendant la procédure
  • La distance de navigation totale est de 52 km dont 35 km de course: S’entraîner donc sur des distances totales d’entraînement supérieures à l’épreuve.
  • Le niveau de charge pendant la course est élevée: entraînement spécifique en fractionnant soit en temps soit en distance. Pour être plus efficace privilégiez pour vos coureurs si possible des situations de fractionnement en temps sur un même bord… de 8 km. Réduire au fur et à mesure le temps de récupération active.
  • Faire travailler les longs jibes
  • Même si le spot du Défi Wind a la réputation d’être plat, faire travailler la vitesse de ses coureurs dans du clapot serré. Le premier bord peut être très cassant si le départ est pris en bas de ligne.

Pour voir les données plus précisément, cliquez ici

Equipement utilisé: Montre Suunto Ambit 2S, plus de détails sur le produit, cliquez ici

Nico Warembourg Défi Wind 2014 (c)Siouville
Nico Warembourg Défi Wind 2014 (c)Siouville
Nico Warembourg Défi Wind 2014 (c)Laubaney
Nico Warembourg et son coach heureux! Défi Wind 2014 (c)Laubaney

Publicités

7 réflexions au sujet de « Analyse traces et cardio sur course Défi Wind de Nicolas Warembourg »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s