Analyse activité Antoine Questel sur finale gagnante slalom à partir de recueil traces et cardio


ScreenHunter_05 Apr. 22 13.27Cette saison MSE médical et Suunto sont partenaires du Team Funboard. Grâce à ce partenariat, Les coureurs sont équipés d’une Suunto Ambit 2, une montre de sport cardio/GPS. Nous pouvons alors récupérer les données notamment GPS et cardio des navigations en entraînement et en compétition. Des données intéressantes pour évaluer à la fois les contraintes cardiaques d’une navigation en slalom, mais aussi analyser notamment les variations de vitesse sur le parcours et la distance réalisée. Ces données permettent de mieux définir les axes de la préparation physique spécifique pour le slalom.

Une fois la montre calibrée pour une activité Windsurf, le coureur s’équipe d’une ceinture pour le rythme cardiaque et lance la détection GPS. Dès que la ceinture et le GPS sont détectés par la montre, il lance le chrono au départ de la plage. Au retour sur la plage, il stoppe le chrono et enregistre la session. La récupération des données se fait par une connexion USB sur l’ordinateur. Les données sont transférées sur le compte du coureurs sur une plateforme en ligne, movescount.com.

Pour exemple, voici le relevé des données d’Antoine Questel prises lors de la finale d’une course du championnat de France slalom 2014. Il remporte cette course. Antoine Questel est champion de France slalom 2012 et 2013, il est 7è mondial en 2013. Sa Fc max est de 206 bat/min et son seuil anaérobie est à 167 bat/min. L’enregistrement GPS de la position se fait toutes les secondes.

On remarque que la distance totale parcourue est de 7,5 km, cela comprend la phase pour rejoindre le parcours, notamment la zone de départ. Il effectue des petits bords à faible vitesse autour du bateau comité attendant le lancement de la procédure de départ. Une fois la procédure lancée, il réalise un plus long bord à vitesse plus importante pour aller se placer pour préparer son lancement dans la minute qui précède le top départ.

Synthèse des données recueillies
Synthèse des données recueillies

Fréquence cardiaque

Une fréquence cardiaque moyenne de 136 bat/Min qui comprend la phase de départ de plage, la course et le retour à la plage. La fréquence augmente de manière significative à partir du lancement une trentaine de seconde avant le top départ et atteint son pic, 174 bat/min, à la fin du premier bord du slalom avant l’attaque du jibe et perdure pendant le jibe et le premier tiers du 2è bord. Ensuite elle retombe progressivement, l’écart se creusant avec les autres compétiteurs, la pression redescend et la vitesse diminue. Pendant le slalom, la Fc varie entre 144 et 174 bat/min. Le minimum étant à la fin du dernier bord. On peut remarquer que la Fc est en cohérence avec la vitesse. Lorsque la vitesse augmente, la fréquence cardiaque augmente. D’après les relevés on peut dire dans ce cas que le niveau de Fc est liée à la vitesse.

La vitesse

Dans les 30 dernières secondes avant le top, l’accélération progresse rapidement pour pouvoir passer la ligne de départ à vitesse élevée. On s’aperçoit que sa vitesse n’est pas maximale (orange) lors du passage de la ligne. Elle met une centaine de mètres pour s’installer.

Traces GPS
Traces GPS

Sur les traces, les couleurs indiquent le niveau de la vitesse, en rouge les portions où la vitesse est la plus élevée, ensuite orange, jaune et vert pour portions de vitesse les plus faibles. On voit que les deux premiers bords sont les plus rapides. Le premier nécessite une grande vitesse pour tenter de s’extraire de la flotte et aborder la première bouée le mieux placé possible. En slalom, la position au sortir de la 1ère bouée est un fort déterminant du résultat final. On note tout de même une désaccélération assez loin avant l’attaque du jibe qui est liée au trafic sur cette bouée 1. Donc Antoine réduit sa vitesse pour envisager au mieux sa trajectoire en fonction des adversaires très proches.

Sur le 2è bord, la vitesse est élevée, la flotte reste encore assez compacte même si les positions commencent à se déterminer, mais Antoine garde encore un haut régime pour tenter de creuser l’écart. On remarque que le bord est bien « abattu » ce qui, dans les conditions de vent lors de cette course, est aussi un facteur permettant une grande vitesse. La vitesse en fin de bord avant l’attaque du jibe est bien plus rapide, beaucoup moins de désaccélération que bord 1: les écarts commençant à être plus importants, le trafic est moins dense et donc moins risqué pour la manœuvre. La trajectoire étant alors plus facile à trouver, il faut avoir une vitesse d’exécution importante pour ne pas se faire dépasser.

Le 3è bord est moins rapide, du fait de son cap plus « serré ».

Sur le 4è bord, la vitesse n’est pas maximale malgré un cap abattu car Antoine avait réussi à creuser un écart conséquent avec ses concurrents, donc il est dans une vitesse « de contrôle ». Sur ce dernier bord, le ralentissement (jaune) est lié à la fois à un manque de performance au jibe et à une trajectoire restant plus capée après la sortie de jibe. Ensuite, il ré-abat donc provoque une ré-accélération en abattant vers la ligne d’arrivée.

Efficacité au jibe

Les traces nous permettent aussi d’évaluer un des aspects de la performance au jibe, la vitesse d’exécution. L’efficacité d’un jibe peut se lire par la différence entre vitesse à l’entrée du jibe et la vitesse à la sortie. Moins l’écart est important, plus le jibe est efficace (à condition que la vitesse d’entrée soit en cohérence avec la force de vent)… le coureur limitant ainsi la perte de vitesse liée à la manœuvre. A la bouée 2 et 4, la vitesse d’entrée est rapide mais la perte de vitesse est importante. La reprise d’une vitesse importante est assez longue. Les raisons sont liées au cap plus serré en sortie de jibe. Antoine mettra quelque temps à retrouver de la vitesse. Les jibes 1 et 3, l’efficacité est meilleure, l’écart entre vitesse d’entrée et de sortie est moins important.

  • Jibe 1: Vitesse d’entrée (Ve) 40,7 km/h (22 nds), vitesse de sortie (Vs) 24,9 km/h (13,44 nds), écart Ve/Vs 8,56 nds
  • Jibe 2: Vitesse d’entrée 54 km/h (29,15 nds), vitesse de sortie 23,7 km/h (12,8 nds), écart Ve/Vs 16,35 nds
  • Jibe 3: Vitesse d’entrée 45 km/h (24,29 nds), vitesse de sortie 28,4 km/h (15,33 nds), écart Ve/Vs 8,96 nds
  • Jibe 4: Vitesse d’entrée 50,1 km/h (27,05 nds), vitesse de sortie 23,9 km/h (12,9 nds), écart Ve/Vs 14,15 nds

(Ces éléments de vitesse ont été extraits des traces et graphe directement sur le site movescount.com)

Cardio et vitesse
Cardio et vitesse (procédure de départ à environ 11′)

En blanc, la fréquence cardiaque et en bleu la vitesse. Le lancement pour prendre le départ à environ 12′ et l’accélération importante à la fois de la vitesse et de la fréquence cardiaque.

Eléments de conclusion

  • Vitesse max sur le 1er et 2è bord. Pas une généralité, car dépend de la position par rapport adversaires, de sa place et de la valeur subjective de cette place lors de la finale: un coureur peut très bien être satisfait de sa place de 5è donc il ne cherchera pas à accélérer mais plutôt à assurer sa place. Au contraire, un coureur peut ne pas être satisfait de cette 5è place donc il cherchera sur les 3è et 4è bords à être en vitesse max pour attaquer. Cela aura donc une influence sur la structure de la vitesse et de la Fréquence cardiaque lors de la course.
  • Fc augmente avec vitesse. Autour du seuil anaérobie lors du slalom. Importance d’une préparation spécifique sur l’eau en enchaînant des slaloms avec des temps de récupération courts pour favoriser le recul de ce seuil et d’une préparation physique en salle ou extérieure du type fractionné pour améliorer la VMA.
  • L’efficacité au jibe est un élément important de la performance, notamment l’écart entre vitesse d’entrée et de sortie. Une vitesse inférieure de 4,7 km/h comme entre le jibe 2 et le 3 génère la perte d’une longueur de planche toutes les 2 sec… A l’entraînement travail technique centré sur la vitesse à la sortie de jibe

Pour voir toutes les données et avoir les tableaux actifs, suivez le lien suivant, Suunto movescount antoinequestel

Publicités

Une réflexion au sujet de « Analyse activité Antoine Questel sur finale gagnante slalom à partir de recueil traces et cardio »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s